• Ashley Wagnac

Tattoo & Saint | l'Avis favorable de Jefferson Bethke | Part 1/2


Pour la Série Tattoo&Saint, on commence avec Jefferson Bethke. Américain trentenaire, il est marié à Alyssa avec qui il a 3 beaux enfants. Dans cette vidéo, Jefferson est dans ses débuts de bloggeur/influenceur/auteur saint. Même s'il a lui-même des tatouages, il n'avait pas l'intention de faire une vidéo sur ce sujet autant controversé. Mais au vu des multiples retours, débats qu'il a dû avoir à ce sujet, la vidéo est arrivée - Are tattoos sinful ? - Les tatouages sont-ils mauvais? Quelques années plus tard, nous voici encore à nous poser cette même questions - "Rien de nouveau sous le soleil" comme il l'est écrit dans le livre de l'Ecclésiaste.


J'ai particulièrement apprécié cette vidéo car Jefferson est un saint: sa foi est indéniable. Bien avant d'avoir sa famille, il avait déjà fait des vidéos sur différentes thématiques, notamment Why I hate Religion, but I love Jesus - Jesus>Religion -Pourquoi je déteste la religion, Mais J'aime Jésus- qui était une vidéo illustrative de son livre au même titre qui a suivi en 2012. Aujourd'hui, en 2021, avec le temps qui passe il confirme son engagement avec Dieu via son ministère de la famille tous les jours sur les réseaux sociaux avec sa femme et dans le site internet éducatif crée pour ce ministère : Family Teams.




Pour revenir à notre thématique, en plus d'avoir des arguments solides, les explications de Jefferson sont fondés sur une réflexion bibliquement saine. Sans grande surprise, Jefferson a des tatouages. Mais, avant de se faire tatouer, il a pris le temps de lire la Bible, de prier pour être en accord et en paix avec Dieu personnellement.


Voici les 5 points importants de son explication:

  • Lévitique 19:28 n'est pas un argument valide car il est hors contexte

  • Le tatouage demande de la réflexion: ce n'est pas pour être cool

  • 1 Corinthiens 6:19 n'est pas un argument valide car il est hors contexte

  • L'importance de la lecture de la Bible de façon herméneutique et contextuelle: un verset pris hors contexte perd toute valeur et de son sens

  • Le tatouage vu comme un art: c'est utiliser ce que l'on a sous la main pour rendre gloire à Dieu.

Let's dive in!!


1) Lévitique 19:28 n'est pas un argument valide car il est hors contexte

« Vous ne ferez point d’incisions dans votre chair pour un mort, et vous n’imprimerez point de figures sur vous. Je suis l’Éternel. » Lévitique 19:28.

Jefferson commence son argumentaire par le fameux verset de Lévitique 19:28 où il est question de tatouages et d'incisions faites sur le corps pour vouer un culte aux morts. Il explique que dans ce contexte, Dieu ne veut pas que les israélites s'initient à des pratiques païennes. Si les peuples des alentours les voyaient avec ces incisions ou ces tatouages sur le corps, ils penseront d'eux qu'ils louent les morts. Cela indiquent de mauvais signaux aux autres et altèrent l'image de Dieu et de son peuple. Dans ce passage, Dieu donne d'autres indications aux israélites notamment sur la consommation de produits à consommer à la 4ème année après les avoir cultivé ou encore qu'ils ne doivent pas manger des viandes avec du sang. Or ce ne sont pas des indications juste pour interdire. Les paroles de Dieu sont toujours dites pour un but précis. Dans ce cas, c'est pour tout simplement protéger la santé des israélites. Dieu recherche leur bien-être, leur joie et leur vitalité afin qu'ils puissent profiter des bienfaits de la vie. En suivant ces indications sages, historiquement parlant, ils s'avèrent que les israélites étaient reconnus comme étant un peuple au style de vie très sain.


Highlight - L'importance de la contextualisation culturelle: Chaque incision ou tatouage sur le corps était pour louer les morts. C'est de la dévotion païenne. Dieu ne veut pas que les israélites soient affiliés à cette culture. De nos jours, dans notre culture, lorsque l'on voit des personnes avec des tatouages, notre première pensée ne sera pas que ces personnes louent les morts, mais certains auront d'autres préjugés, regards, de part leur background personnel. Finalement, rappelons nous que Dieu donne des instructions sages, toujours dans le but de protéger son peuple. Le verset de Lévitique 19:28 n'est donc pas un argument valide.


Si tu es la personne qui me dit que je ne peux pas me faire tatouer en citant Levitique 19:28, alors tu es, je l'espère, la personne qui ne mange pas de fruits ou de légumes qui n'ont pas été cultivés depuis au moins trois ans et, en plus, tu ne manges pas de viande, car toute viande contient une forme de sang séché ou, si elle est à point, du sang tout à fait normal - Jefferson Bethke

2) Le tatouage demande de la réflexion: ce n'est pas pour être cool

Si un jour sa fille lui partage l'envie de se faire un tatouage, Jefferson lui demanderait Pourquoi et que ferait-elle. Si elle lui répond simplement parce que c'est cool, forcément il l'arrêtera dans ses démarches. A contrario, s'il constate que sa fille lui explique son projet de façon réfléchi, cela ne lui posera pas de problème pour l'encourager à le faire. Jefferson a lui-même des tatouages. En effet, il a le mot "Pardonné" et "Aimé" tatoué sur chacun de ses poignées. Quand il aura 85 ans, il aura toujours envie de savoir qu'il est pardonné et aimé. Il n'y a rien de mauvais dans cela. C'est pourquoi il nous invite à nouveau à prendre le problème de façon herméneutique et contextuelle.


Dans la vidéo, Jefferson montrant ses tattoos où il est écrit Forgiven à sa droite et Loved à sa gauche en grec ancien. "Quand j'aurais 85 ans, j'aurais toujours besoin de savoir que je suis pardonné et aimé".


3) 1 Corinthiens 6:19 n'est pas un argument valide car il est pris hors contexte

"Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes?"

Nous ne voulons pas marquer le temple de Dieu : Oui et Amen. Néanmoins, le marquer de quelle façon? Dans ce contexte, il est question d'immoralité sexuelle. Parce que nous sommes un temple avec le Saint Esprit en nous, lorsque deux personnes s'unissent sexuellement de façon immorale, elles diffament le temple: c'est comme si elles faisaient des graffitis sur le temple, elles ne le respectent pas. Elles n'honorent pas le temple. De plus, dans ce passage, il n'est pas question du corps extérieur mais intérieur. En effet Paul parle du péché sexuel, l'immoralité sexuelle, qui est un des uniques péchés qualifié comme grave car il est interne et spirituel. Cela touche l'espace en lien direct avec le Saint Esprit. Voilà pourquoi, encore une fois, ce n'est pas légitime de s'appuyer sur ce verset pour déconseiller le tatouage.


4) L'importance de la lecture de la Bible de façon herméneutique et contextuelle: un verset sorti de son contexte perd toute valeur et de son sens


Pour apporter une touche d'humour. Jefferson utilise le passage d'Apocalypse 19:16:

Sur son manteau et sur sa cuisse est inscrit un titre : « Roi des rois et Seigneur des seigneurs ».

Jésus reviendra et sur sa cuisse, il sera inscrit Roi des rois et Seigneur des Seigneurs. Cela ne dit pas que cette inscription sur sa cuisse est faite au crayon à papier ou au marqueur effaçable. Alors peut-être que Jésus a un tatouage. Et là vous allez dire que c'est un peu exagéré bien évidemment. Mais c'est la même exagération que les personnes font lorsqu'elles citent le verset de Lévitique ou encore de 1 Corinthiens pour aller à l'encontre de la pratique du tatouage. Ainsi Jefferson souligne comme il est très facile de faire du hors contexte et que cela n'est bénéfique pour personne.

C'est pourquoi il nous invite à tourner ce problème dans notre cœur: Comprenons bien le contexte des versets afin de comprendre leur portée, leur signification. Pouvons-nous nous dire que le but est finalement de rendre gloire à Dieu dans tout ce que nous faisons, que ce soit à travers l'art?



5) Le tatouage vu comme un art: c'est utiliser ce que l'on a sous la main pour rendre gloire à Dieu.


La musique, la politique, l'art, le piano, le tatouage... finalement l'idée est d'utiliser ce que nous avons sous la main pour le représenter Lui. "Et si le tatouage se fait, est-il possible de vivre cela en communion et en amour? Dans la grâce et dans le pardon les uns envers les autres? Et de Le représenter fidèlement ?"



Wow - Que de bienveillance et de justesse dans cette vidéo. Jefferson a abordé un sujet aussi controversé si correctement. N'ayant pas de tatouages, je dois dire et j'ose penser que cela doit apaiser beaucoup de cœurs qui ont pu être blessés par des propos déplacés. Je rejoins Jefferson sur l'importance de ne pas utiliser de versets hors contextes car c'est utiliser la Bible de façon incorrecte.

Comme il l'a souligné, le choix de faire un tatouage n'est pas indiqué comme mauvais dans la Bible. C'est donc un sujet qui reste personnel, propre à chacun.


Si tu es convaincu que le tatouage n'est pas pour toi et bien ne le fais pas. Si tu penses au contraire que tu peux passer le cap, après y avoir bien réfléchi et discuté avec Dieu et ton entourage si besoin est, il n'y a rien ni personne qui peut te dire non. Oui nous avons une liberté en Christ. A nous de faire attention à cette liberté afin de ne pas tomber dans une fausse liberté qui nous dirige vers des pratiques malsaines du monde. Pour aller plus loin, nous t'invitons à lire la Partie 2 de Tattoo et Saint avec l'avis défavorable de John Piper sur le sujet, non pas car la Bible désapprouve mais tout simplement parce qu'il n'aime pas cela.


Pouvons-nous juste tourner cette question vers le cœur ? Pouvons-nous comprendre dans le contexte ce que ces versets signifient et pouvons-nous dire qu'il s'agit de rendre gloire à Dieu, que ce soit dans l'art, les tatouages, la musique au piano, la politique... Il s'agit d'utiliser tout ce que nous avons pour le montrer. Et si tatouage il y a, pourrions-nous simplement vivre en communauté, avoir de l'amour, de la grâce et du pardon les uns envers les autres et le représenter fidèlement ? Jefferson Bethke

Source:

Photos: Unsplash

Jefferson Bethke

Pour aller plus loin:

La Bible et les Tatouages - TPSG

Mots-clés :